Pour profiter au mieux du site alsace.com, veuillez repasser en mode portrait.

Actualités

Hommage à Tomi Ungerer

Tomi dessinateur, Tomi auteur, Tomi illustrateur ou encore Tomi satiriste, l’artiste strasbourgeois aux multiples facettes, Tomi Ungerer, est mort à 87 ans le 9 février, à Cork, en Irlande.

Né en 1931 dans une famille d’horlogers, Tomi Ungerer, Jean-Thomas de son vrai prénom, a grandi dans une atmosphère difficile. Orphelin de père à trois ans, il a subi l’annexion de l’Alsace par l’Allemagne, l’endoctrinement nazi à l’école puis les combats menés pour déloger les Allemands de la « poche de Colmar », des épisodes racontés dans ses livres autobiographiques.

Auteur de plus de 140 livres, parmi lesquels des contes pour enfants ou des livres au sujet plus controversés. En 2017, il est honoré du titre de Commandeur de la Légion d’honneur pour sa contribution « au rayonnement de la France à travers la culture ». Ce prix lui a été décerné en l’honneur de son combat continu contre les préjugés artistiques et politiques et de son travail en faveur de l’amélioration des relations franco-allemandes.

Un héritage hétéroclite

De sa vie d’artiste, Tomi Ungerer laisse derrière lui, une multitude d’œuvres, politiques pour certaines, poignantes pour d’autres, et toujours remarquables.

On pense instinctivement à son livre « Les trois brigands », qui fut adapté à l’écran, une œuvre inventive, pétillante et drôle, qui enchante encore aujourd’hui petits et grands. L’affiche « black power white power » est devenue l’une des images politiques et satiriques les plus célèbres du dessinateur. Le thème du ségrégationnisme, est traité avec audace par l’artiste, en posant la question de la responsabilité de chaque camp. Un graphisme simplifié pour accentuer le tragique du sujet.

Pour (re) découvrir tout le talent de l’artiste, le superbe musée Tomi Ungerer, situé au cœur de la Neustadt à Strasbourg, présente une collection de plusieurs donations effectuées par l’artiste, à sa ville natale, depuis 1975. Elle comprend, onze mille dessins originaux, des estampes, un fonds documentaire, une bibliothèque. Six mille cinq cents jouets et jeux provenant de la collection personnelle de Tomi Ungerer font également partie de la collection du musée.

Le souvenir et le génie de Tomi Ungerer est immortalisé dans le paysage strasbourgeois, grâce à « La fontaine de Janus ». Cet arche bâtit sur la tête du célèbre dieu romain aux deux visages, symbolise à jamais la double identité, franco-allemande, de la ville.

« L’ America » de Tomi Ungerer

Très engagé politiquement, contre la ségrégation raciale, la guerre au Vietnam, le nucléaire, l’élection de Donald Trump entre autres, Tomi Ungerer a toujours allié son âme d’artiste à sa soif de justice, de vérité et surtout de liberté : « La liberté c’est avant tout le droit de l’individu à sa propre identité. L’égalité c’est l’harmonie entre les différences qui se complètent. La fraternité se crée dans le respect de l’identité des autres ». Jusqu’au 17 mars prochain, le musée éponyme à Strasbourg, accueille l’exposition « America », où l’on retrouve les dessins satiriques de Tomi Ungerer. L’artiste a vécu dans la « grosse pomme » de 1957 à 1971, des années d’inspirations artistiques et l’éveil d’une conscience anticonsumériste et antiraciste chez l’artiste alsacien.

Musée Tomi Ungerer