Pour profiter au mieux du site alsace.com, veuillez repasser en mode portrait.

Actualités

Hippocrate aux enfers, un documentaire France 2 tourné au Struthof

France 2 diffusera le mardi 30 janvier à 22h45 dans le magazine Infrarouge le documentaire de Michel CYMES, Hippocrate aux enfers. Le documentaire dresse le portrait de médecins nazis et décrit les atroces expérimentations médicales qu’ils ont fait subir aux déportés dans les camps de concentration du IIIème Reich.

En partie tourné au camp de Natzweiler-Struthof, ce documentaire raconte le macabre projet du professeur August Hirt : la création d’une collection de squelettes de juifs. 86 hommes et femmes seront gazés dans la chambre à gaz du camp de Natzweiler en août 1943.

Avec ce documentaire co-signé par Claire Feinstein, Michel Cymes adapte pour la télévision son livre « Hippocrate aux enfers » paru en 2015 chez Stock et vendu à 150.000 exemplaires. Le célèbre chroniqueur y livre, de son point de vue de médecin, l’une des facettes méconnues du nazisme : les expérimentations médicales pratiquées sans consentement sur les détenus. Si tout le monde connaît le procès des dignitaires nazis à Nuremberg, plus « méconnu » est celui de ces médecins tortionnaires, qui s’y est ouvert en décembre 1946. « J’ai voulu porter leurs exactions à la connaissance d’un public plus large« , explique à l’AFP l’animateur toujours médecin en activité.

Michel Cymes

Camp du Struthof - Centre Européen du Résistant Déporte

KL Natzweiler

Le 1er mai 1941, au lieu dit « le Struthof », les nazis ouvrent un camp de concentration, le KL*-Natzweiler. Le camp central, seul camp de concentration sur le territoire français, est situé en ce qui était alors l’Alsace annexée. Sa nébuleuse de camps annexes, répartis des deux côtés du Rhin, est composée d’un réseau de près de 70 camps. Lieu de travail au profit de l’industrie de guerre nazie, le camp abrite aussi les expérimentations médicales des professeurs nazis de l’Université du Reich de Strasbourg.

Le 25 novembre 1944, les Alliés découvrent le site évacué par les nazis depuis septembre. Pour certains déportés des camps annexes, le calvaire se prolonge au cours du printemps 1945 par les marches de la mort. De 1941 à 1945, le KL-Natzweiler est l’un des camps les plus meurtriers du système nazi. Près de 22 000 déportés y sont morts (3 000 dans le camp central, plus de 17 000 dans ses camps annexes).

* Remarque : KL : abréviation de konzentrationslager. La quasi-totalité des documents d’archives concernant les camps de concentration nazis portent la mention « KL » et non « KZ », comme il est plus courant de le lire dans l’historiographie moderne.