Pour profiter au mieux du site alsace.com, veuillez repasser en mode portrait.

Actualités

Il y a 80 ans… Guernica

C’était un 26 avril. Cette date signait un triste jour, celui où 1 000 bombes incendiaires s’écrasaient sur la capitale historique du Pays Basque, Guernica. Des corps incendiés et des cendres fumantes devaient naître l’un des plus beaux chefs d’œuvre de l’art moderne. C’était il y a 80 ans et c’était Pablo Picasso. Dans son immense douleur s’exprimait alors son génie dans une œuvre monumentale qui portera à jamais le nom de la ville sacrifiée.

« La peinture est une arme offensive »

Deux jours après le bombardement, Picasso exprime l’horreur de l’événement sur une toile de près de 8 mètres de long par 3,5 de haut. La dimension de l’œuvre témoigne de l’ambition de l’artiste. Il s’agit alors de faire de Guernica une immense fresque qui s’impose au regard de tous et qui témoigne des affres de la guerre. « La peinture n’est pas faite pour décorer les appartements, c’est un instrument de guerre offensif et défensif contre l’ennemi. » argumentait-il.

 

Capture d'écran - Guernica de la vidéo Curio'cité L’Objet du Mois d’Avril au Musée Unterlinden

 

De la peinture à la tapisserie. De New York à Colmar

Présentée dans le pavillon espagnol de l’Exposition Internationale de Paris en 1937, Guernica fait bientôt le tour du monde grâce à un savoir-faire qui va se mettre au service de l’art moderne.

Après-guerre, le renouveau et le goût pour la tapisserie vont donner l’occasion au peintre de s’essayer à un nouveau médium. La tapisserie lui permet de diffuser sa fresque et d’en faire réaliser trois copies.

Trois tapisseries de Guernica seront confiées aux mains de Jacqueline de la Baume Dürrbach : l’une est exposée au siège de l’ONU à New York, l’autre au Musée d’Art Moderne de Gunma à Takasaki, tandis que la seconde, dans l’ordre de réalisation, est présentée de façon permanente au Musée Unterlinden à Colmar.

Son exposition est un cadeau. Son anniversaire est un événement qui s’accompagne d’une exposition de photographies inspirée par l’œuvre de Picasso. Charles Fréger Gernika / La Suite Basque, visible au Musée Unterlinden jusqu’au 22 mai.