Pour profiter au mieux du site alsace.com, veuillez repasser en mode portrait.

Actualités

L’excellence de la recherche mulhousienne sur Mars

Le CNES a fait confiance à l’excellence de la recherche mulhousienne pour le robot Curiosity, envoyé sur Mars en 2011 par la NASA. Une équipe de l’Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse (IS2M) a proposé une formulation capable de décontaminer les orifices des caméras qui a permis d’obtenir la grande qualité des clichés pris par Curiosity !

Les zéolithes mulhousiennes sur Mars

C’est en 2001 que Joël Patarin, alors Directeur du Laboratoire de Matériaux à Porosité Contrôlée (LMPC) de l’Université de Haute-Alsace, est contacté par le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES). Ils recherchent des scientifiques travaillant sur les matériaux adsorbants pouvant capter les polluants volatils afin de dépolluer les satellites et, ainsi, accroître leur durée de vie.

Après plusieurs années de collaborations, l’équipe de Joël Patarin et le CNES mettent au point une méthode qui permet, grâce aux zéolithes*, de capter les composés organiques volatils (COV) qui se déposent sur les satellites. En 2008, cette découverte a donné lieu à un dépôt de brevet (CNES-CNRS-UHA).

En 2007, le CNES travaille sur le projet ChemCam (ChemistryCamera), qui est en réalité la caméra qui sera fixée sur le robot Curiosity envoyé sur Mars en 2011 par la NASA.

« Le CNES nous a à nouveau sollicité et le challenge de cette mission était de trouver une formulation pouvant piéger la buée et les COV que le robot était susceptible d’émettre lors de sa mission sur Mars. Notre but était de créer un matériau qui évite le dépôt de polluants sur les optiques de la caméra afin qu’elle reste propre. Ce matériau a ensuite été validé par le CNES et a subi une vingtaine de tests que nous avons passés avec succès ! C’est donc en partie grâce à nos zéolithes que les images diffusées depuis Mars sont d’excellente qualité ! » s’est réjoui Joël Patarin.

« Cette reconnaissance mondiale au travers de ce robot Curiosity, montre à nouveau l’excellence de la recherche de nos laboratoires et de leur force économique avec la création d’entreprises et d’emplois pour la région » s’est félicité Christine Gangloff- Ziegler, Présidente de l’Université de Haute-Alsace.

*Minéraux d’origine naturelle ou synthétique avec des cavités formant une structure microporeuse

Robot Curiosity

Une technologie innovante sur un marché d’avenir

L’équipe de Joël Patarin a également mis au point un protocole de synthèse innovant d’une nouvelle zéolithe appelée Sicade-1®. Ce produit, hautement hydrophobe, présente des propriétés d’adsorption permettant de capturer des composés organiques présents dans l’air, dans l’eau ou dans les sols. En 2009, afin de commercialiser Sicade-1®, Joël Patarin décide de créer la start’up Zéphir Alsace avec Robert Régis de la société Somez, qui collaborait depuis 20 ans avec le laboratoire.

Zéphir Alsace a participé au concours national de création d’entreprises de technologies innovantes en catégorie « émergence » dont il termine lauréat.

La start’up décide alors de reprendre la licence exclusive du brevet CNES-CNRS-UHA. Aujourd’hui, les matériaux développés ont de nombreuses applications industrielles dans des domaines aussi variés que l’environnement ou l’énergie.

« Nous travaillons sur des projets d’avenir comme la captation des mauvaises odeurs dans les stations d’épuration et sur la dépollution de l’air dans les hôpitaux et les maisons de retraite, mais nous continuons bien évidemment à développer des zéolithes capables de décontaminer les satellites. » précise Joël Patarin.

En savoir plus sur Zéphir Alsace