Pour profiter au mieux du site alsace.com, veuillez repasser en mode portrait.

Actualités

Le retour en force des eaux de vie d’Alsace

Grâce à l’indication géographique protégée (IGP), cinq eaux de vie alsaciennes, dont le whisky, vont pouvoir continuer d’apposer la mention Alsace sur leur bouteille. Pour elles, c’était vital.

En 2015, le syndicat régional des distillateurs et liquoristes d’Alsace a remporté une première bataille : le kirsch, la quetsch, la framboise, la mirabelle et le whisky distillés en Alsace ont obtenu l’indication géographique protégée (IGP). Nouvelle étape, c’est l’homologation européenne. Avec ces cinq nouvelles indications, qui s’ajoutent à celle obtenue il y a déjà quelques années pour le marc de gewurztraminer, l’Alsace devient la région française détenant le plus grand nombre d’appellations d’eaux de vie.

Mais il y a plus important : sans ce précieux et indispensable sésame les distillateurs alsaciens auraient perdu la possibilité d’apposer la mention Alsace sur leurs bouteilles. « Or l’Alsace, c’est la marque de confiance et la marque du cœur, insiste Régis Syda, président du syndicat régional des distillateurs et liquoristes et directeur de la distillerie Wolfberger, un des poids lourds des eaux de vie alsaciennes. C’est ce qui nous permet de faire la différence face à l’énorme concurrence des Allemands, des Italiens ou des Espagnols. »

Whisky alsacien

L’Alsace est de tous temps une des premières régions françaises de production d’eaux de vie de fruits, assurant un déboucher aux vergers ancestraux encore entretenus dans le Sundgau, sur l’ensemble du Piémont des Vosges aux abords du vignoble et dans le Val de Villé, où une « route des eaux de vie » a même récemment été inaugurée.

Outre une cinquantaine de viticulteurs, distillant eux-mêmes leur marc de gewurztraminer, et de nombreux particuliers, propriétaires de vergers, qui distillent encore pour leur usage personnel, l’Alsace compte 21 distilleries, dont 7 produisent du whisky… d’Alsace bien sûr à partir de brassins élaborés par deux brasseurs régionaux, Météor et Uberach. « L’engouement des consommateurs pour les bières particulières a rejailli sur les whiskys », explique Régis Syda : il était donc presque naturel que cet autre pays de la bière qu’est l’Alsace se lance aussi dans le whisky. Et la démarche convainc jusqu’au Japon qui vient frapper à la porte des distillateurs régionaux pour acheter du whisky alsacien. Damned !

Distillerie Wolfberger - Alsace